Missions itinérantes en Basse Casamance:La gestion de la pharmacie

Catherine, pharmacienne, titulaire du DU (diplôme Universitaire) délivré par PAH (Pharmacie et Aide Humanitaire) à Caen nous a déjà accompagnés par deux fois dans nos missions itinérantes sur les îles de Basse-Casamance et après sa mission de mars dernier, nous livre ici une synthèse de son action…

1)    Commande et logistique

Notre commande en médicaments est basée sur l’estimation de nos besoins et des consommations des précédentes missions. Nos médicaments proviennent principalement de TULIPE et de la  CHMP et éventuellement de pharmacies de Ziguinchor.  Merci à tous les voiliers bénévoles qui nous ont permis d’acheminer les médicaments dans notre campement principal, le campement de Nioumoune.

2) Inventaire et tri des médicaments

pict0490.1277111765.JPG

Catherine,accroupie seconde en partant de la gauche

En début de mission, toute l’équipe médicale participe à l’inventaire et au tri des médicaments issus de Tulipe, de la CHMP, de la pharmacie de Ziguinchor et du stock restant de la précédente mission.

Les médicaments sont triés par forme pharmaceutique, par classe thérapeutique avant d’être comptabilisés unitairement. Les traitements périmés sont brûlés afin d’éviter qu’ils soient revendus et utilisés ultérieurement.

L’état des lieux des stocks ainsi réalisé permet au pharmacien de vérifier que les traitements commandés ont bien été réceptionnés et qu’il n’y a pas de discordance avec le stock prévu. Il nous arrive en effet de constater des erreurs notamment lorsque les traitements ont été commandés à Ziguinchor (exemple : mauvais dosage, médicaments remplacés par d’autres médicaments, médicaments non réceptionnés…).

Pour des raisons logistiques (cantines lourdes +++ transportées manuellement, sur la tête et par pirogue), nous effectuons juste après l’inventaire une estimation des besoins pour une semaine de traitement afin de n’emporter que quelques cantines dans les villages ; le stock principal restant dans le campement de Nioumoune, un réapprovisionnement est prévu une fois par semaine au cours de la mission.

pict0268.1277112273.JPG

3)    Installation de la pharmacie dans les villages

Dans les villages, notre pharmacie est localisée soit dans la case de santé, soit en plein air (à défaut de local disponible) … dans ce cas, l’installation est réalisée avec les moyens du bord. L’aide des villageois est bien précieuse et nous les en remercions (transport des cantines ; fourniture de table, de chaise et de tissu pour créer un « stand pharmacie »).

4)    Dispensations

Dans chaque village,

pict0325.1277112045.JPG le pharmacien dispense les traitements aux patients sur présentation d’une ordonnance ANIMA. Il leur explique les modalités de prise du traitement  et leur donne des conseils hygiénodiététiques en se faisant aider d’un interprète. Le rôle de l’interprète est indispensable pour éviter tout risque d’erreur médicamenteuse. Merci à Philomène (l’infirmière) , Emma (matrone et agent de santé), Gaston (un interprète du village de Kouba), ainsi qu’à tous ceux que nous n’avons pas cités pour leur aide précieuse.

Les traitements dispensés sont comptabilisés dans un  cahier pharmacie.

5)    Pharmacie des cases de santé

Notre passage dans un village est aussi l’occasion pour nous de dispenser quelques conseils pharmaceutiques à l’agent de santé qui gère la pharmacie locale pour optimiser la gestion de sa pharmacie.

6)    Inventaire

En fin de mission, un nouvel inventaire et un nouveau tri des médicaments est effectué dans le campement général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *