Vaccin anti rotavirus contre les diarrhées de l’enfant

Le vaccin anti-rotavirus réduit le nombre de décès d’enfants dans les pays
pauvres

WASHINGTON – Une campagne de vaccination dans les pays les plus pauvres
contre les rotavirus, responsables de graves diarrhées chez les enfants en
bas âge, pourrait éviter plusieurs centaines de milliers de décès
pédiatriques annuellement dans le monde, surtout en Afrique, selon deux
études.

Les résultats de ces travaux parus dans la revue médicale américaine « The
New England Journal of Medicine » datée du 28 janvier, montrent que ces
vaccins réduisent la mortalité de 61% en Afrique et de 35% au Mexique chez
les moins de cinq ans.

Les rotavirus sont la principale cause de diarrhée grave qui tue chaque
année plus de 500.000 enfants de moins de cinq ans, dont près de la moitié
en Afrique.

« Le vaccin contre les rotavirus devrait être dispensé immédiatement dans les
zones à très forte mortalité et être utilisé pour dynamiser les programmes
de contrôle de la diarrhée », écrit le Dr Mathuram Santosham, professeur de
pédiatrie à la faculté de médecine de l’Université Johns Hopkins à Baltimore
(Maryland, est), dans un éditorial accompagnant les deux études.

Le vaccin anti-rotavirus, appelé Rotarix, développé par le groupe
pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a été utilisé pour l’essai
clinique de phase 3 au Malawi et en Afrique du Sud sur plus de 4.000 enfants
en très bas âge.

Les bébés à qui ce vaccin a été administré par voie orale ont été seulement
1,9% à développer une diarrhée, comparativement à 5% chez ceux traités avec
un placebo, soit un taux d’efficacité de 61%, précise la première étude.

Au Mexique, le vaccin anti-rotavirus, appelé RotaTeq, mis au point par la
firme pharmaceutique américaine Merck, est utilisé depuis 2006. Il a permis
une réduction de 35% des décès chez les enfants de cinq ans et moins et de
plus de 65% des décès chez les enfants de deux ans et moins, soulignent
l’ONG PATH et l’Alliance mondiale pour les vaccinations et l’immunisation
(Gavi), fondée par le milliardaire américain Bill Gates et financée par des
donations publiques et privées.

L’essai clinique en Afrique a été coordonné et co-financé par un partenariat
entre GlaxoSmithKline et le « Rotavirus Vaccine Trials Partnership », un
partenariat entre PATH, l’Organisation mondiale de la santé et les Centres
fédéraux de prévention et de contrôle des maladies.

(©AFP / 28 janvier 2010 09h20)

Vous trouverez en date du 12 janvier la présentation de notre association

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *