Mission médicalisée sur les îles de Basse Casamance – Octobre 2009 – Chapitre 6

Cette journée du 1er décembre est « La Journée Mondiale du SIDA ». Nous y reviendrons.

Nous poursuivons la narration de notre dernière mission en Casamance.

Partis sur le « cata » de bonne heure de Ziguinchor, poussés par le fort courant de marée descendante, nous arrivons, au bout de trois heures de route seulement, à Nioumoune; nous admirons le ponton installé en avril par Michel, dentiste compagnon d’Anne. img_0045.1259493005.JPGLe débarquement et l’embarquement vont enfin devenir plus faciles sans avoir à affronter, à marée descendante le »poto-poto », vase dans laquelle on s’enfonce tout en se salissant les pieds:

imgp3182.1259493207.JPG

bien difficile de conserver des pieds propres à ce jeu là. Le  campement « Alouga » de Hyacinthe est merveilleux au milieu des rizières verdoyantes. Il a ouvert ce tout petit hôtel restaurant depuis plusieurs années. Quel contraste avec la saison sèche…

L’équipe  attend l’arrivée de la grande pirogue

img_0044.1259492228.JPG

qui est partie bien après nous devant charger les « bagaux » comme disent nos amis africains et surtout ayant dû patienter pour recevoir toute l’intendance livrée par charrette à bras par   » l’Epicerie du Port « . Si on trouve à nouveau quelques ânes à Ziguinchor il n’y a plus par contre de chevaux: ceux-ci ont été décimés par la trypanosomiase, autrement dit par la »Maladie du sommeil » qui atteint les équidés tout comme les humains.

La pirogue arrive enfin et c’est le débarquement de toutes nos affaires (sauf pour moi qui reste à bord du catamaran, lequel m’accueille bien volontiers tout comme Philippe et Mireille qui préféreront ensuite rester à terre sous tente. Pour moi il est des plus intéressants de pouvoir dormir à bord du « cata » car, lève-tôt je puis me lever tôt! C’est bien difficile à terre où on n’a pas d’éclairage et où les moustiques vous aggressent. Je peux donc travailler de bonne heure dans le carré du cata où je passe la nuit et me mettre à mon ordinateur, assuré de pouvoir le brancher sur le 220 volmts du voilier et commencer à rédiger ainsi mes comptes-rendus… Les autres membres de l’équipe s’installent donc autour des chambres du campement sous leur tente ainsi que, profitant de l’absence de touristes à cette saison des pluies, pour certains dans les cases que Hyacinthe met à notre disposition.

Nous passerons toute la journée suivante à mettre en ordre nos cantines de médicaments et de matériel: Hyacinthe a fait construire un local blotti contre l’impluvium qui recueille l’eau de pluie; seule réserve d’eau douce à Nioumoune les cinq impluviums permettent de ne pas manquer d’eau d’une saison sur l’autre; les puits fournissent une eau saumâtre non potable.

Benjamin,  piroguier et  excellent mécanicien a mouillé la pirogue devant le ponton et apprend, à peine arrivé, le décès de son oncle; il part immédiatement retrouver les siens à Essangoulou, un des quatre villages de l’île Nioumoune.
chambres
Vous trouverez à la date du 2 octobre sur ce blog toutes nos coordonnées ainsi qu’une présentation complète de notre association.

Comments

  1. bonjour

    je suis senegalais originaire de ziguinchor,je suis victime d,un accident grave et je suis devenus paraplégique.je suis actuellement en suisse et j aimerais retourner dans ma famille mais le probléme j’utilise des sondes urinaire,je souhaiterais avoir des informations s ‘il exite des possibilitès pour obtenir ces types de materiel incontinence par le bais de votre association

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.