SANTÉ SUD: 4ème Journée Provençale de la Santé Humanitaire

Sous le haut parrainage du Ministère des Affaires étrangères et européennes, s’est déroulée hier à la Faculté de Médecine de la Timone, à Marseille « La quatrième Journée Provençale de la Santé Humanitaire », magistralement organisée par nos amis de Santé Sud, qui fêtaient, par la même occasion, leurs 25 ans d’engagement et de solidarité.

Six membres d’ANIMA ont pu assister aux débats toute la journée de ce vendredi 20 novembre.

dsc03735.1258793353.JPGIntervention du Pf « Ogo » comme on l’appelle affectueusement

Nous avons tout particulièrement suivi l’intervention du professeur Ogobara Doumbo, éminent enseignant et chercheur à la Faculté de Médecine de Bamako au Mali. Il nous a donné l’espoir, pour la première fois, que le paludisme allait enfin pouvoir être éradiqué de la planète et c’est là une formidable nouvelle…Jusque maintenant les ambitions s’arrêtaient au programme « Roll back malaria » (faire reculer le paludisme) mais grâce à la diffusion des moustiquaires imprégnées (même si leur utilisation pose problème à l’intérieur des cases africaines); grâce aux nouveaux médicaments à base d’armoise chinoise; grâce aux progrès  en ce qui concerne la recherche sur les vaccins (même si la date de 2012 pour la mise sur le marché d’un premier vaccin suffisamment efficace apparaît à Ogobora Doumbo comme irréaliste…); grâce à une intervention thérapeutique plus précoce, dès l’apparition des premiers signes d’une crise de paludisme (avec l’indispensable confirmation par les tests rapides et le contrôle instantané de la glycémie); grâce à la motivation de tous les acteurs de santé sur le terrain et, en particulier, celle des tradithérapeutes pour cette prise en charge précoce on peut enfin espérer une disparition du paludisme.

Nous avons pu nous entretenir avec le professeur Doumbo du rôle de la Quinine intra-rectale dans l’arsenal thérapeutique (nous en avons souvent parlé dans ces colonnes) et avons été très heureux de pouvoir lui parler de notre boursière Nana qui travaille à Sotuba dans son équipe à la préparation d’un vaccin  antipalu.

dsc03736.1258794398.JPGBruno Moulinié (SMARA ) et Yves Menguy (ANIMA) avec le Pf « Ogo »

Il n’a pas tari d’éloges sur notre jeune amie: cela nous conforte, bien sûr, dans le soutien que nous lui apportons avec « Via Sahel Cahors » pour la préparation d’un Master 1 en épidémiologie et statistiques, par corespondance, à Paris Sud.

Cette journée provençale  a également permis au médecin général Guelain de faire le point sur quelques programmes OMS qui désormais intègrent la santé dans des objectifs de développement intégré: ainsi a-t-il rappelé l’éradication effective depuis trente ans de la variole, l’intensification des PEV (programme élargi de vaccination) qui ont fait reculer la rougeole, la coqueluche, le tétanos, la poliomyélite, la méningite…

Le docteur Dominique Desplats, un des fondateurs de Santé Sud, a traité du programme des « Soins de Santé primaires » (notion lancée en 1978 à Alma Ata) et de l’affirmation de l’OMS « Maintenant plus que jamais » en insistant sur le fait que la médecine doit être pratiquée sur le terrain, en première ligne, par des médecins et des médecins bien formés!: d’où la formidable idée de Santé Sud d’aider à installer des médecins de campagne en brousse (plus de cent médecins au Mali à ce jour). Cela nous  conforte dans notre idée de soutenir la formation des médecins et des soignants africains  dans leur pays en leur offrant des bourses d’études ainsi que nous le faisons avec SMARA et ANIMA.

D’autres témoignages des plus intéressants nous ont été proposés dont celui du Dr Victor Dossou au Bénin, du Dr Lamine Gueye au Sénégal avant que deux tables rondes ne réunissent sur tous ces problèmes ainsi que sur les droits de l’enfant (on célèbre le vingtième anniversaire de l’adoption de la Déclaration des Droits de l’Enfant) nombre d’intervenants dont le docteur Bernard Granjon, ancien président de Médecins du Monde, qui a dit, avec force,  combien actuellement dans notre pays, la France, ce droit était bafoué tout en s’élevant contre la disparition envisagée par nos députés de la « Défenseure des droits de l’Enfant ».

La journée s’est terminée par « Les rencontres de l’enthousiasme et de l’expérience »où des étudiants ont pu exposer leurs projets humanitaires  sous l’expertise de leurs anciens…

Le professeur Farnarier, président de Santé Sud,  pu conclure cette Journée en annonçant que la cinquième Journée se tiendrait le 19 novembre 2010 et aurait comme sujet « Les Femmes »; les membres de Santé Sud fêtent, en ce samedi, lors d’ un grand repas convivial le 25ème anniversaire de leur association à laquelle nous renouvelons toute notre admiration et notre amitié, en regrettant de n’avoir pu me libérer pour être avec eux..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *