Mission médicalisée en Casamance au mois d’octobre – Chapitre 4

Nous venons d’arriver à Ziguinchor; après l’installation à l’hôtel allons prendre notre premier repas casamançais dans un petit restaurant local où l’on nous sert le plat du jour « riz-poisson », accommodé avec une sauce tomate, le « Tiep  Bou Dien », qu’on peut qualifier de plat national. Toute l’équipe est donc réunie et lie connaissance en sachant que nombre d’entre nous se connaissent déjà.
J’ai décidé sans attendre de me rendre à Bignona où Anne m’accompagne : 45 minutes de route dans un taxi des plus mal suspendus. Après avoir traversé le pont sur la Casamance le seul depuis l’embouchure,  nous longeons sur la digue, à notre gauche les débordements du fleuve à marée haute ; les rizières, à droite, prolongées par les zones de culture des jeunes plants de mangrove qui seront  replantés pour reboiser la mangrove qui a bien souffert de l’activité humaine: pour ramasser les huîtres on ne se prive pas de couper carrément les racines arciformes sur lesquelles elles se sont fixées plutôt que de les arracher une à une; c’est aussi une façon simple de se procurer du bois pour la cuisine. L’association « OCEANIUM » essaie de mettre en place des zones protégées afin que les poissons se reproduisent et a lancé un vaste plan de reconstitution des mangroves qui connaît un grand succès.

mismed-octobre-09-024.1258353673.jpg

Balises »Oceanium » qui vont délimiter les réserves de pêche

Les grosses pluies d’hivernage ont meurtri la route qui est défoncée sur cinq passages où les véhicules s’aventurent  au pas dans les trous emplis d’eau sans trop savoir ce que  vous attend.
A l’hôpital de Bignona nous rencontrerons Julbert, le technicien supérieur de santé , chef du service d’ophtalmologie avec qui nous travaillons.

mismed-octobre-09-001.1258353002.jpgAnne et Julbert

Il a bien réceptionné la palette contenant le matériel réuni par Dominique qui viendra opérer fin novembre avec Corinne. Comme arrivait justement, Mathieu, l’opticien qui a prévu de passer plusieurs semaines au département optique qu’ANIMA a commencé de mettre sur pieds grâce à Corine,  j’avais demandé que l’on sursoit à l’ouverture de la palette afin qu’un membre d’ANIMA soit présent; l’impatience gagnant, il n’a pas été possible de résister à la tentation: tout était en ordre et c’est tant mieux mais en cas de litige quelconque cela se serait révélé ennuyeux.

dsc03561.1258353389.jpg

Ce matériel qui comprend un microscope opératoire, une lampe à fente avec tonomètre, un biomètre et un Javal est ainsi arrivé à bon port pour être utilisé par la mission et restera à la disposition de l’hôpital.

Vous trouverez tous les renseignements sur notre association ainsi que ses coordonnées en consultant sur ce blog la présentation d’ANIMA à la date du 2 octobre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *