MISSION en Casamance du 25 Septembre au 23 Octobre 2007 Chapitre 3

Le blog reste un empilement d’articles et il vous faut remonter le fil du temps pour trouver les articles antérieurs…

 

 

 

Nous trouvons après un dernier péage les routes goudronnées de Casamance… Nous sommes en fin de la période d’ hivernage qui court de Juin à Octobre : la saison des pluies a débuté en retard cette année et se poursuit encore un peu mais sera probablement insuffisante pour assurer de bonnes récoltes de riz…quelques gouttes de pluie qu’un essuie glace fainéant parvient à peine à éliminer…les digues bordées de chaque côté par la mangrove quand elle n’a pas été coupée sans précaution et sans comprendre le tort ainsi fait pour se procurer du bois et des huitres…les rizières protégées de l’eau salée qui monte à l’assaut à chaque marée montante et traverse même parfois carrément la route! Un petit oiseau, un Cordon bleu peut-être, , est là perché sur une branche, indifférent.

oiseau-bleu.1193727487.jpg

 

Nous arrivons à la gare routière de Ziguinchor après avoir emprunté le pont sur la Casamance que nous connaissons bien. Le chauffeur doit aller déclarer notre arrivée en ville et se munir à cet effet du ticket adéquat à remettre au poste de police d’entrée que nous gagnons à travers les trous d’eau qui agrémentent la chaussée; il ne nous reste plus en longeant la rive gauche du fleuve qu’à nous rendre à l’hôtel « Le Perroquet » pour nous y installer. D’ici notre départ pour Nioumoune nous aurons quelques courses à faire, en particulier chez Sam le commerçant libanais « Monsieur y a pas de problème » qui préparera notre commande d’épicerie tandis qu’en face au petit marché couvert c’est Aïda qui recevra notre liste de légumes et fruits: le tout nous sera livré à la pirogue par une charrette tirée à bras d’homme, bien commode pour toute livraison à Ziguinchor.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.