Aline Sitoe Diatta (1920-1944)

Odile, membre du CA d’ANIMA, nous fait part de sa dernière lecture.

Le ferry qui assure la liaison Dakar – Casamance depuis plusieurs années porte le nom de cette jeune femme « Aline Sitoe Diatta »:

Aline Sitoé Diatta

France 5 a diffusé récemment « Noire » pièce de théâtre de Tania de Montaigne, tirée de son livre. Ce spectacle relate l’histoire de Claudette Colvin, jeune fille noire de 15 ans, qui refusa de céder sa place à un Blanc.

C’était en Alabama, en 1955, un temps où « le Noir est de race inférieure ».

Avec cet acte non violent, elle a voulu, avant Rosa Parks, dire non à la ségrégation.

Cette héroïne méconnue, rejoint Aline Sitoé Diatta. Ces jeunes filles ont lutté sans violence, à leur façon, pour faire reconnaitre les droits des Noirs.

Aline Sitoé Diatta, née en 1920 en Casamance, a dénoncé sans combattre le colonialisme.

L’administration coloniale imposait lourdement les paysans diolas, les obligeait à travailler tous les jours de la semaine, les empêchait de respecter leurs traditions, etc…

Aline, à 20 ans, appelle les Casamançais à lutter pour leurs terres, et le respect qui leur reviennent.

Sacrée reine, elle prône la désobéissance civile et la non-violence.

La répression est alors très dure, et pour y mettre un terme, elle se livre aux autorités françaises.

Elle est arrêtée, torturée, harcelée nuit et jour, puis condamnée sans jugement à la déportation et à 10 ans de prison ferme.

Elle mourra à 24 ans succombant aux tortures et aux privations de nourriture.

Son histoire romancée est très bien relatée par Karine SILLA, dans son livre « Aline et les hommes de guerre », paru en 2020 aux éditions de l’Observatoire.

A recommander à tous les amoureux de la Casamance et des Diolas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.