Crise de confiance au fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme

Se rapporter  au journal « Le Monde » Mardi 1er mars 2011 page 4

Article de Agathe Duparc
Fraudes massives dans quatre pays soutenus par le « Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme »:

Un audit de l’inspecteur général du fonds mondial mené dans 33 pays et portant sur 2,5 milliards d’euros de subvention a révélé  des fraudes massives pour quatre pays : le Mali, la Mauritanie, Djibouti et la Zambie à tel point que l’Allemagne, l’Espagne et l’Irlande ainsi que la Commission Européenne ont gelé leurs donations.

Intégrale du rapport (en anglais) sur :

http://www.theglobalfund.org/fr/board/meetings/twentysecond/

Ainsi, au Mali, le rapport estime que 36% des fonds destinés à la lutte contre le paludisme et la tuberculose avaient détournés par le biais de « formations bidons » et  au moyen de fausses factures et de faux documents : le ministre de la santé a démissionné et 16 personnes ont été incarcérées dans ces détournements portant sur 2,9 millions d’euros.

Selon le directeur de l’institution « la transparence ainsi affichée permet sans décourager les donateurs de dissuader les potentiels fraudeurs grâce à cette philosophie de l’aide au développement novatrice, basée sur la responsabilisation des pays concernés ».

Né d’un partenariat entre public et privé, alimenté par des dons d’états, de particuliers ou de fondations, le Fonds aurait permis à ce jour de sauver 6,5 millions de vies humaines. Dans chaque pays bénéficiaire de l’aide, un récipiendaire principal qui recevra l’argent est choisi par un comité de coordination national.

Présentation de notre association ANIMA à la date du 28 février sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *