Mission de janvier 2010 en Casamance N° 8

p1000179.1268231746.JPG Ayant rechargé nos cantines nous quittons Nioumoune en fin de matinée (marées obligent toujours) pour Kouba sur le catamaran. Toute notre petite troupe vient s’amonceler avec bagages et cantines sur le petit ponton qui chavire sous les poids mal répartis !…Une partie des victuailles part dans le courant cependant que nous nous cramponnons et retenons nos sacs ! Bruce se jette à l’eau pour récupérer rapidement tout ce qui flotte ! A l’avenir nous serons bien plus vigilants lors des embarquements et débarquements sur le ponton !…Séraphin et Benjamin assurent le chargement de la grande pirogue en bois en transférant de la pirogue plate, utilisée la veille pour le trajet sur Hitou, les cantines médicales puis en chargeant les bagages et le reste de l’équipement déposés sur le ponton. La pirogue  rattrapera dans le dédale des bolongs le voilier sur lequel l’équipe a pris place pour un agréable parcours de  quatre heures : on peut se déplacer rester à l’ombre et même tenter un brin de sieste alors que sur la pirogue il n’en est nullement question !

Mouillage contre la mangrove du voilier bloqué par un banc de sable ; on ne peut atteindre l’endroit envisagé pour le séjour du bateau mais ce n’est quand même pas si loin de l’embarcadère que nous gagnons sur la pirogue revenue nous chercher. On se trouve alors à 20 mn de marche du cœur du village : une vieille femme est décédée en Gambie et c’est donc journée de deuil ; toutes les femmes ne sont pas là pour nous accueillir,

dscn3609.1268231301.JPG

en particulier Rita qui mène d’habitude chants et danses.  Halte devant la maison du chef du village qui n’est pas là non plus: on nous offre les oranges de Kouba juteuses à souhait et mûres bien que vertes. La journée s’avance et il faut encore s’installer ; il est temps pour moi d’interrompre les danses pour la présentation de l’équipe sous les applaudissements des spectateurs qui nous laissent aller enfin pour nous installer et récupérer nos bagages….

Installation des tentes sous les manguiers en fleurs et à la case de santé que Paul tient très bien : elle est impeccable. La maison des étrangers, dévastée par la tourmente voici deux ans, n’a toujours pas été remise en état

Philippe, Annie, Philomène, Emma et moi trouvons à nous loger dans la case de santé: bien sûr le matin il faudra ranger soigneusement toutes nos affaires et empaqueter les moustiquaires.

dsc03834.1268232646.JPGLes dentistes s’installeront pour travailler à l’ombre sous le préau de la maternité: ils apprécient les deux lampes frontales « spéciales dentistes » acquises depuis peu…

Les consultations se tiendront à la case de santé…

Le chef du village est revenu

dscn3652.1268319329.JPG

Présentation de notre association en date du 12 janvier sur ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *