Quinine diluée intra rectale: alternative de choix à la voie intra-musculaire chez l’enfant

Les injections intramusculaires de quinine, fort douloureuses par elles-même, représentent dans des conditions souvent médiocres d’asepsie un réel danger pour l’enfant (VIH, Hépatite, abcès… ), principalement par des paralysies sciatiques, induites par une mauvaise technique d’injection intra musculaire chez l’enfant.

On préconise à juste titre d’abandonner chez les enfants les IM intra-fessières au profit d’injections dans la partie antéo-externe de la cuisse ce qui permettrait de ne plus voir ces jeunes Africains marchant avec tant de difficultés, handicapés par une paralysie unilatérale d’un membre inférieur, paralysie souvent attribuée à une  Poliomyélite alors que c’est bel et bien l’IM de Quinine qui est responsable.

La quinine diluée en solution intrarectale constitue chez le petit enfant une alternative efficace, simple et bien tolérée.
Elle permet un traitement précoce efficace des formes graves ou susceptible d’évoluer
vers un paludisme grave : un protocole très simple existe: la seule contre-indication chez un petit enfant est l’existence d’une diarrhée profuse.

La liste des travaux réalisés sur la quinine en intrarectale commence à
être longue. Le Niger a adopté officiellement la QIR depuis 1994 et
la pratique tous les jours. Plusieurs travaux sont en cours dans différents
pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale: Madagascar, Burkina Faso en particulier.

Nous sommes cependant surpris de constater que cette solution thérapeutique simple, facile à mettre en oeuvre au domicile et ce éventuellement par les parents de l’enfant n’est pas du tout répandue et que nous avons énormément de mal à convaincre les soignants tant au Mali qu’en Casamance où nous intervenons. D’ailleurs les instances médicales ne préconisent pas cette solution thérapeutique; le dernier Programme de lutte contre le Paludisme rédigé par la Direction Centrale de la Santé au Mali n’en fait pas du tout état.

La diffusion  efficace par voie intra rectale est pourtant reconnue et mise en oeuvre sans réticences pour le traitement des convulsions où le traitement de choix, le plus rapide et le plus efficace est le Diazepam intra rectal: mais quant à la Quinine nous avons le sentiment de ne pas voir  avancer  sa pratique.

Handicap International a réalisé une cassette sur ce sujet, fort démonstrative puisque finalement la voie intrarectale est aussi efficace que la voie par perfusions IV quant à la rapidité de diffusion du produit dans l’organisme en atteignant des taux sanguins aussi élevés par l’une ou l’autre voie.

Il nous semble important de parvenir à faire adopter par nos amis Africains cette technique simple et efficace mais comment parvenir à les persuader?

Des travaux sur la préparation de kits tout prêts ou sur une forme de Quinine thermogélifiable et/ou mucoadhérente existent prouvant l’intérêt de la méthode.

Comments

  1. Votre site est d’une rigueur formidable. On apprend des choses extraordinaires, surtout dans votre article concernant les injections de quinine par voie intra musculaire et les troubles qui s’en suivent. C’est très douloureux cette description d’enfants ayants des difficultés à se déplacer par la suite.

    Peut-être faut-il pour convaincre les africains de l’efficacité du traitement par voie rectale; faire des plaquettes illustrées. Cela peut paraitre stupide mais c’est la seule solution. Une image valant mille mots, cette plaquette facile à faire même avec word, pourrait être après avoir été photocopiée en recto verso à plusieurs milliers d’exemplaires et diffusées ensuite; faire le travail pédagogique à la place des médecins et du personnel soignant. Distribuer le prospectus éventuellement auprès de la population pourrait être efficace, elle ferait alors pression sur les médecins.

    J’espère que l’idée si elle est retenue et éventuellement appliquée, pourra sauver les enfants.

    X.J

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *