Le Cancer en Afrique

Le forum ReMed diffuse ce communiqué de presse

Agir ensemble contre le Cancer
Paris, le 07/05/2007

Communiqué de Presse

Parution officielle des livres :
Le cancer en Afrique : De l épidémiologie aux applications et perspectives
de la recherche biomédicale

About cancer in Africa: from epidemiology to biomedical research
applications and perspectives

Ouvrages collectifs et pluridisciplinaires rédigés par 136 contributeurs
venant de 32 pays à travers le monde
édités par l’Institut National du cancer (INCa), Paris

Préface : Pr. Jean Dausset, Prix Nobel de médecine

Coordonnateur principal :
Dr. Adama Ly, chercheur en cancérologie, Président Fondateur de AFROCANCER,
Paris, France

Co- Coordonnateur :
Pr. David Khayat, ancien Président de l’institut national du cancer, chef du
service d’oncologie médicale de l’Hôpital de la Pitié – Salpetrière, Paris,
France

Le cancer est devenu un problème de santé
publique en Afrique subsaharienne où 582.000 nouveaux cas de cette maladie
mortelle ont été notifiés en 2002, a annoncé le directeur régional de l’OMS
pour l’Afrique, le Dr Luis Gomes Sambo.

Dans un rapport à la 57ème session du Comité régional de l’OMS pour
l’Afrique qui se tient actuellement à Brazzaville, le Dr Gomes Sambo, a
exprimé son inquiétude quant à la situation de la plupart des pays
africains.

En effet, ces Etats n’ont pas des infrastructures et des
équipements nécessaires pour mener à bien un traitement du cancer exigeant
la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

« En dehors de l’absence d’équipements pour la prise en charge du cancer,
l’Afrique souffre également d’une grave pénurie de spécialistes de cette
maladie tels que les pathologistes pour le diagnostic, les oncologistes
chargés du traitement et les infirmiers spécialistes en oncologie pour les
soins.

En 2002, 412.100 personnes sont mortes du cancer en Afrique subsaharienne:
Si aucune intervention n’est mise en oeuvre, le nombre de nouveaux cas de
cancer atteindra plus de 80O.000 malades d’ici 2020 et celui des décès imputables à cette
maladie 626.400, selon l’OMS.

Faute d’accès aux méthodes de diagnostic et de traitement adéquats, la stratégie la plus appropriée pour les pays africains, conseille le directeur égional de l’OMS pour l’Afrique, consiste à faire en sorte que les soins
palliatifs soient accessibles aux malades du cancer.

La lutte anticancéreuse est une importante action de santé publique visant à
réduire l’incidence et la mortalité cancéreuse et à améliorer la qualité de
vie des patients .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.