Casamance

Casamance : attaque d’un cantonnement de l’armée par des indépendantistes présumés

 

AFP/Seyllou Diallo

Par RFI

Deux soldats ont été blessés et au moins un rebelle tué jeudi 5 juillet lors d’une attaque d’un cantonnement de l’armée par des indépendantistes présumés en Casamance. Une attaque qui survient deux jours après la réponse favorable de l’un des plus importants chefs militaires du MFDC, Salif Sadio, à l’appel du président sénégalais Macky Sall pour des négociations de paix.

C’est en tout début de matinée que les rebelles ont attaqué une position militaire située dans le village d’Emaye, département d’Oussouye, au sud-ouest de la Casamance.

Selon un bilan fourni par l’armée, deux soldats ont été légèrement blessés et le corps d’un combattant du MFDC a été retrouvé sur place. Il a été exposé à Oussouye, avec son armement de guerre, à la grande gêne des habitants. « Quand des gens s’activent pour parvenir à la paix, ce n’est pas le moment de choquer les populations », s’emporte le tout nouveau député du département, Aimé Assine.

Cette attaque du MFDC intervient en tout cas deux jours après la diffusion d’une interview de l’un des principaux chefs rebelles sur les antennes de RFI. Salif Sadio réaffirmait dans cet entretien sa disponibilité à négocier avec le gouvernement sénégalais pour peu que ces discussions aient lieu hors d’Afrique et sous la médiation de la communauté catholique Sant’Egiddio.

Beaucoup se demandent du coup si l’attaque de ce jeudi n’est qu’une coïncidence, ou si elle a une signification politique. Certains chefs rebelles peuvent en effet être tentés de rappeler qu’il faudra également compter avec eux.

Présentation de notre association en date du 23 décembre 2012.
 

Comments

  1. Un autre chef de la rébellion accepte de discuter selon RFI:

    Dans une déclaration lue par le secrétaire du Bureau national Jérôme Guilloux, César Atoute se dit prêt à aller à une table des négociations conduite par la communauté Sant’Egidio. « Moi, César Atoute Badiate, préfère la paix en Casamance plus que quiconque. Le 3 janvier 2012, nous nous sommes entendus avec le collectif des cadres de la Casamance [sur le fait] que ce conflit doit être impérativement réglé par Sant’Egidio car les religieux sont plus crédibles et moins corrompus. »

    Mais le MFDC est également très divisé. César Atoute souhaite d’abord une retrouvaille entre les différentes factions du mouvement : « A propos des négociations, je voudrais que l’union se fasse avant tout ; l’union des combattants du MFDC parce qu’on ne peut pas aller à la négociation en rangs dispersés. Moi, je préfère une assise inter-MFDC pour nommer un nouveau secrétaire général qui pourra négocier avec le gouvernement du Sénégal. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *