Lutte contre la méningite au Burkina-Faso

Début décembre l’OMS a émis ce communiqué, transmis par le forum E-Med: la mise en oeuvre au Burkina-Faso d’une vaccination avec un vaccin efficace est chose capitale pour enrayer le développement  d’une épidémie de méningite cérébro-spinale à méningocoques; chaque année en effet  des milliers de cas avec nombreuses morts d’enfants sont liés, en particulier au Burkina, à cette pathologie parfois foudroyante.

.Communiqué de presse OMS
Plus de 12 millions de personnes au Burkina Faso recevront ce nouveau
vaccin avant la fin de l’année
http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2010/meningitis_20101206/fr/index.html

6 DÉCEMBRE 2010 | OUAGADOUGOU — Le Burkina Faso, république d’Afrique de
l’ouest, est devenu aujourd’hui le premier pays à lancer une campagne
nationale avec un nouveau vaccin contre la méningite conçu pour
débarrasser toute la région de la cause principale des épidémies de
méningite. Il s’agit du tout premier vaccin développé spécifiquement pour
l’Afrique, MenAfriVac, qui devrait aider le personnel de santé à éliminer
les épidémies de méningite A dans les 25 pays de la ceinture de la
méningite, qui s’étend du Sénégal à l’ouest à l’Ethiopie à l’est.

Une solution très abordable
À moins de 0.50 dollar la dose, MenAfriVac apporte une solution très
abordable à l’un des problèmes sanitaires les plus importants de la
région. Grâce à un partenariat public-privé tout à fait unique, le
développement de MenAfriVac a seulement coûté 50 millions de dollars, une
fraction du montant habituellement nécessaire au développement et à la
mise sur le marché d’un nouveau vaccin.

450 millions de personnes sont à risque en Afrique
Depuis plus de cent ans, l’Afrique sub-saharienne souffre d’épidémies
répétées de méningite qui font des ravages sur le continent. Un total de
450 millions de personnes en Afrique sont à risque de la maladie. Des
épidémies majeures de méningite dues au groupe A surviennent tous les 7 à
14 ans et frappent particulièrement les enfants et les jeunes adultes. Les
patients les plus malades décèdent généralement dans les 24 à 48 heures
qui suivent l’apparition des premiers symptômes de la maladie, et parmi
ceux qui survivent, entre 10 et 20% souffrent de retard mental, de perte
d’audition ou de troubles de l’apprentissage. En 2009, la flambée
saisonnière de méningite dans la région sub-saharienne a frappé au moins
88 000 personnes et en a tué plus de 5 000.

Le début de la fin des épidémies
«Cet événement historique signale le début de la fin d’une maladie qui a
fait souffrir des générations d’Africains», a dit Seydou Bouda, le
ministre de la santé du Burkina Faso. «L’effort unique de collaboration
qui a permis cette avancée décisive témoigne de l’engagement des ministres
de la santé à travers l’Afrique et du dévouement sans faille de nos
partenaires techniques engagés dans le développement d’un vaccin qui
répond spécifiquement aux besoins des pays de la ceinture africaine de la
méningite.»

Développé par le Projet Vaccins Méningite (PVM) – un partenariat entre
l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et PATH, avec le soutien de la
Fondation Bill & Melinda Gates – le nouveau vaccin conjugué
antiméningococcique A, MenAfriVac, offre aux autorités sanitaires
africaines, pour la première fois, une solution abordable et à long terme
qui protège même les jeunes enfants contre la méningite A (Neisseria
meningitidis du groupe A).

 

Présentation de notre association à la date du 15 novembre sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *