Musiques en paix

En ces temps où la Chine et les Jeux olympiques qui vont s’y dérouler font la une de tous les médias et où la question des Droits de l’Homme pose problème, nous avons eu l’immense bonheur d’écouter le concert d’une pianiste chinoise exceptionnelle Zhu-Xiao-Mei; elle a joué deux concerti pour piano et orchestre de Mozart dans l’église de Dieulefit.

Elle raconte dans son livre La Rivière et son secret, paru l’an dernier, comment elle fut victime de la Révolution Culturelle qui interrompit ses études musicales à Pékin pour l’envoyer dans un camp de rééducation en Mongolie intérieure où elle vécut pendant cinq ans dans des conditions très pénibles…Elle put néanmoins obtenir un piano lorsque les conditions se firent moins rigoureuses pour jouer, jouer Bach (Les Variations Goldberg) en prétendant que c’était de la musique traditionnelle chinoise…

Elle revint enfin à Pékin pour reprendre ses études au conservatoire et, cinq années plus tard, gagner, grâce à l’intervention du grand violoniste Isaac Stern, les Etats-Unis puis Paris où depuis bientôt 20 ans elle a enfin pu s’accomplir en devenant la  pianiste  reconnue qui se consacre avant tout à Bach, à Schubert, à Beethoven, à Mozart; elle est professeur au Conservatoire de Paris…Elle dit combien le mélange des cultures chinoise, américaine et française lui a été bénéfique… Ecoutez ses Goldberg et lisez ses mémoires…

En ces temps aussi où le Liban semble avoir trouvé la stabilité politique et le retour au calme et peut-être à la paix, même si des factions s’affrontent encore, nous avons pu au Festival International de Piano de La Roque d’Anthéron venir écouter pour une splendide Nuit du piano le pianiste originaire de ce pays, Abd El Raman El Bacha qui a joué, sans partition, 24 Préludes de Bach, 24 Préludes de Chopin et 24 Préludes de Rachmaninov en les associant par tonalité…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.