Mission médicalisée en Janvier 2008 Chapitre 20

Comme nous occupons l’école empêchant ainsi les enfants de travailler, je me sens obligé de proposer au comité de santé et aux instituteurs de faire passer aux enfants une visite de médecine scolaire et verrai donc cent enfants pendant que Mireille assure les consultations de médecine générale.

med-scolaire-badial-400.1207495632.jpg

Il ne nous est pas possible de voir aussi les très nombreux enfants du village de Séléki : sans nous en parler les enfants ont été convoqués en pensant nous mettre devant un fait accompli…Je suis désolé mais il nous est impossible de tout assumer !…L’agent de santé Abdou vient travailler avec moi, se montre des plus coopérants tout comme l’année dernière ; la matrone Oumi et l’ASC de Bandial sont absents en formation et ne pourront ni nous aider ni profiter de notre formation en compagnonnage. Abdou qui a dépassé la quarantaine aimerait bien reprendre une formation et se demande si ANIMA pourrait l’aider à cet effet…Qu’il m’apporte son dossier en Mars…

mission-janvier-08-mireille-164.1207495714.jpg

Valérie, infirmière et les deux dentistes Juliane et Sally

 

 

Le village de Bandial donne toujours cette impression de village du bout du monde : du sable, du sable, quelques baobabs au bord de l’eau, la baie qui assèche laissant place au « poto-poto », vase profonde dans laquelle on s’enfonce et qu’il est bien difficile de nettoyer pour se sentir les pieds au propre!.

baobabs-bandial-400.1207495656.jpg

 

En sortant le soir de chez Aïda avec Robert pour rejoindre l’école dans la plus noire des nuits sans lune nous obliquons sans nous en rendre compte et nous retrouvons complètement perdus devant quelques maisons où arrive un homme guilleret et complètement éméché incapable de nous remettre sur le droit chemin…de l’ombre sort subitement un enfant qui nous demande de le suivre et nous ramène enfin à l’école où nous retrouvons notre couche, quelque peu vexés de nous être ainsi « paumés »!

Comme les consultants se font plus rares nous décidons d’abréger d’une demi journée notre séjour pour regagner Ziguinchor…Cela ne semble pas être du goût de certains au Comité de Santé mais effectivement vers 11 heures dans la matinée il ne vient plus personne ce qui nous conforte dans notre décision de quitter le village en début d’après-midi…Sur la plage entre nos bagages se faufile un long serpent (vipère ou couleuvre mais certainement pas un cobra comme il y en a si souvent en Casamance) qui vient se réfugier sous un tas de bois…Nous laissons en place cantines et matelas qui doivent être ramenées à Nioumoune si bien que cela allège considérablement notre pirogue ; Blake et Hyacinthe repasseront sur le retour pour les charger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *