CECITE: Cataracte

Nous continuons à traiter au fur et à mesure des principales causes de cécité dans le monde et en particulier en Afrique que nous fréquentons de par nos activités humanitaires. Dans le monde, on compte plus de 161 millions de personnes atteintes de déficience visuelle, dont 124 millions de basse vision et 37 millions de cécité.

La Cataracte

 

 

Son étymologie grecque, si elle évoque la « chute d’eau », traduit en fait le barrage, la herse.

Obstacle à la vision, la cataracte est responsable d’environ 50% des cécités dans le monde (18 millions d’aveugles par cataracte dans le monde selon l’OMS). Hormis les formes rares de l’enfant (cataracte congénitale), l’affection atteint le troisième âge même si elle peut se manifester plus tôt.

 

Constituée par l’opacification progressive du cristallin, aboutissant, à terme, à la blancheur de la pupille ne permettant plus à la lumière de pénétrer et aux images de se former sur la rétine

cataracte-nucleaire.1185978310.jpg

Cataracte nucléaire: photo mise à notre disposition par le Dr Edouard Benois, ophtalmologue à 50800 VILLEDIEU

Nous l’en remercions ainsi que notre ami Olivier qui a écrit ce texte pour notre blog.

 

son seul traitement est chirurgical : éliminer l’obstacle que constitue ainsi ce cristallin opacifié. Ce traitement est efficace et permet aux patients opérés de recouvrer une excellente vision pour peu que leur rétine soit en bon état.

 

L’abaissement du cristallin, qui consiste à le faire tomber dans la cavité oculaire à l’aide d’une fine baguette insérée au travers de la cornée, doit être abandonné. Pratiqué depuis l’Égypte ancienne, il est source de graves complications allant jusqu’à la perte définitive de l’œil.

La chirurgie moderne a débuté par l’ablation simple du cristallin au travers d’une incision cornéenne puis a évolué vers son remplacement par un implant artificiel placé dans l’enveloppe cristallinienne.

 

Cette chirurgie, très au point dans nos cliniques modernes, nécessite un matériel sophistiqué et des praticiens rompus à cette activité. Asepsie, microscope opératoire, instruments chirurgicaux et implants font, malheureusement trop souvent défaut dans les pays en voie de développement.

SMARA (Santé Mali Rhône Alpes) effectuera en Décembre prochain une troisième mission d’interventions (avec mise en place d’un implant selon les règles) à l’ouest de Tombouctou sur les hôpitaux de Niafunké et de Goundam.

La pénurie d’ophtalmologiste en Afrique, conduit à former des auxiliaires de santé capables de pratiquer cette intervention comme c’est le cas à Bignona en Casamance où l’infirmier a été formé en Gambie et pratique depuis deux ans ces interventions. Les aides financières et en matériels, autorisent l’espoir de guérir cette maladie trop fréquente responsable de perte d’emploi, d’autonomie et d’avenir.

Comments

  1. Après quelques recherches, je suis tombé sur votre site. J’ai aidé une vieille femme malienne par deux fois de suite en vue d’opérer sa cataracte. Mais après les examens qu’elle est venue faire au Burkina Faso, il ressort que le moment n’est pas encore arrivé pour l’opération. Récemment encore, une mission de Tunisie est venue à Ouagadougou au Burkina Faso pour faire gratuitement les opérations. Elle est donc revenue et a été examinée cette fois gratuitement et l’opération renvoyée encore en février 2013. Je vous demande si vous avez des références à me communiquer afin que je puisse guider cette vieille dame, dont le mari, lui aussi assez vieux, est devenu aveugle car, s’étant fait opérer, voire  »tripoter » les yeux par un tradipraticien il y a déjà plusieurs années. Il s’agit d’une famille sans moyen, et la vieille dame est présentement rentrée au Mali en attendant que je réagisse encore pour elle. Merci à vous de m’entendre et de me faire bénéficier de vos sages conseils éventuellement pour qu’en plus de son mari, cette vieille ne devienne aveugle à son tour. Par Yves Delisle

    1. Bonjour,
      Merci pour votre venue sur notre blog.
      Il est normal dans la pratique ophtalmologique en Afrique d’attendre que la cataracte soit « mûre », c’est à dire complètement opaque; alors que chez nous on opère beaucoup plus tôt.
      L’intervention par destruction du cristallin opaque et mise en place d’un implant assure en principe une excellent résultat: encore faut-il que la rétine soit en bon état.
      S’il a été décidé de l’opérer en février 2013 cela est imminent; l’essentiel est effectivement que l’intervention soit pratiquée par une équipe compétente et équipée.
      Cordialement
      Yves Menguy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *